Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chant des Surveillants 1

Publié le par Christophe D. avec Jean-Pierre Bouyer

le Chant des Surveillants, partie 1

Présentation

Même si le site MVMM que je gère est voué à la musique, je ne suis personnellement ni musicien, ni musicologue. Je me présente simplement comme un chercheur curieux, et musicophile. Et je m'abstiens donc soigneusement de tout commentaire musicologique, pensant (cordonnier, pas plus haut que la chaussure !) que ce domaine doit être réservé aux professionnels.

Professionnels auxquels je suis cependant heureux, quand l'occasion s'en présente, de faire une place sur ce blog.

Christophe D., que beaucoup connaissent déjà puisqu'il est l'habile séquenceur qui a transformé en fichiers sonores un nombre impressionnant de partitions du site, m'a semblé particulièrement bien placé pour effectuer, sur le plan musical, des analyses de ces partitions maçonniques. Ce sera donc lui le premier des invités auxquels ce blog est ouvert (avis aux candidats !).

Le premier travail que je lui ai proposé a été de se pencher sur les différentes versions d'un des tout premiers chants maçonniques, le Chant des Surveillants. Je lui cède la souris, pour cette analyse si fouillée que j'ai trouvé préférable de la partager en plusieurs épisodes. (JPB)

le Chant des Surveillants par Christophe D.,
partie 1 : la version d'Anderson

La publication des Constitutions d'Anderson, en 1723, en donnant une date de naissance à la maçonnerie moderne, a prouvé l'existence d'une pratique musicale au sein des premières loges.

Une tradition importante pour que quatre chants (dont trois avec partition) soient annexés à ce document primordial. Nous y trouvons les chansons du Maître, du Surveillant (au singulier), du Compagnon et de l'Apprenti.

Nous allons nous intéresser de près au chant des Surveillants. Il en existe plusieurs avatars dans différents recueils du XVIIIe siècle. Pour autant, leurs auteurs ne sont pas clairement identifiables. Textes et musiques sont parfois combinés ou modifiés au gré des contextes ou des besoins des loges probablement.

L’origine : les Constitutions d’Anderson

Le point de départ sera évidemment le chant du Surveillant annexé aux Constitutions d'Anderson de 1723.

Le titre précis est le Chant du Surveillant ou une autre histoire de la maçonnerie. « Autre » est à entendre comme une version complétant celle donnée dans le chant du Maître. Les chansons sont un moyen de transmission de l'esprit et de la tradition maçonniques, malgré leur longueur assez démesurée (13 couplets pour celle du Surveillant !). Le texte décrit l'évolution de l'humanité, historique ou biblique, avérée ou légendaire, amenant aux principes de la franc-maçonnerie.

On trouve sur le site le texte original et sa traduction.

Y figure aussi la partition (dont on voit ci-dessus la première page) : il s'agit de la dernière strophe (la treizième) et du refrain, qui seront repris seuls dans les éditions ultérieures des Constitutions. Le texte est chanté par un soliste, suivi du chœur des Frères, qui entonne le refrain.

Cette forme binaire soliste/ensemble des frères est quasi générale à tout le chansonnier maçonnique. Il sera intéressant d'y revenir un peu plus loin.

Les deux parties sont en Sol Majeur. Les deux # à l'armure ne redoublent que l'altération du fa (pas de confusion avec Ré Majeur). Il ne s'agit pas d'une de ces fameuses tonalités prétendues maçonniques à trois altérations, que beaucoup se plaisent à voir parfois. Les points d'appui musicaux (les cadences) s'inscrivent complètement dans le ton de Sol Majeur (arrêt à la dominante Ré Majeur avant les doubles-barres centrales par exemple).

Si la première partie est à trois temps (NB : comme pour la tonalité, y voir un quelconque symbolisme serait hasardeux), la partie chorale, est à deux temps ().

La partition de la section soliste indique une voix d'accompagnement en clé de fa, pour instrument grave (un violoncelle par exemple). Elle peut aussi suggérer un accompagnement polyphonique par un clavecin, bien que le chiffrage des accords en soit absent.

La partie chorale (début ci-dessus) est rédigée pour trois voix : la ligne du bas est celle de l'accompagnement, dont nous venons de parler. Les deux autres, la supérieure en clé de sol et la seconde en clé de fa, sont écrites pour les deux types de voix d'hommes : ténors en haut et basses en bas.

Il est prévu que chacune des quatre partitions présentes dans les Constitutions d'Anderson soit interprétée à une occasion, solennelle et précise. Ainsi, est-il indiqué que la chanson du Surveillant soit présentée à l'assemblée trimestrielle : « To be sung and play'd at the Quarterly Communication ». La partition mentionne sa composition par « un frère », sans plus de précision, alors que celle du chant des Apprentis donne le nom du compositeur Mr. Matthew Birkhead, mais décédé à la publication des Constitutions. S'agit-il du même auteur ?

(à suivre)

Commenter cet article

gonzalez 22/09/2017 08:37

bonjour? j ai lu avec beaucoup d interet l article sur le chant des surveillants ,est il possible de se procurer les partitions completes de ses chansons,vous en remerciant par avance G.G

22/09/2017 10:49

Merci de votre intérêt.
Il est indiqué : "On trouve sur le site le texte original et sa traduction. Y figure aussi la partition".
Il suffit de cliquer sur le mot en gras (trouve) pour accéder à la page du site qui contient les fichiers image de la partition complète, et pouvoir les enregistrer si on le désire.