Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Magnette

Publié le par J. P. Bouyer

11 novembre :

Hommage à Charles Magnette

Les liens internationaux de fraternité maçonnique résistent rarement aux guerres. Lors de la guerre 1914-18, la maçonnerie allemande se replia sur elle-même, rompant toutes relations même avec celles de pays aussi neutres que la Suisse, et déclarant : La Franc-maçonnerie internationale est morte ; vive la Franc-maçonnerie allemande.

En ce jour du 102e anniversaire de l'armistice de 1918, j'ai choisi de rappeler un épisode de cette guerre, qui est aussi l'occasion d'évoquer la mémoire d'un grand maçon, Charles Magnette.

Au moment où, pendant cette guerre, la Belgique était presque totalement occupée, plusieurs Loges temporaires fonctionnèrent notamment à Paris (Loge la Belgique), Londres (Loge Albert de Belgique), Calais et le Havre.

En 1915, une de ces Loges, Nous Maintiendrons à La Haye (en pays neutre), était parvenue à transmettre au monde libre un appel émanant du Grand Orient de Belgique, qui lui était parvenu clandestinement, en faveur des orphelins de guerre en Belgique, et elle arriva à faire passer en Belgique les fonds ainsi récoltés.

Charles Magnette (1863-1937), Grand Maître du Grand Orient de Belgique, avait installé lui-même cette Loge le 1.3.1915 ; il avait reçu de l'occupant l'autorisation de passer la frontière, sur promesse d'honneur (qu'évidemment il respecta) de rentrer à Liège dès la fin de la cérémonie.

En 1914 et en 1916, Magnette avait adressé, en tant que Grand Maître, des appels aux Grandes Loges allemandes, s'élevant notamment contre les atrocités commises et les déportations de travailleurs. Cela ne lui valut aucune réponse digne de ce nom, mais une peine de prison.

La maçonnerie lui rendit hommage après la libération : ci-dessous, la stèle en son honneur, dans un Temple bruxellois.

Sur cette Médaille frappée en 1919, on peut lire :

A Charles Magnette les francs-maçons belges
Opprimé, il démasqua l'hypocrisie de l'oppresseur. 5916

Une Loge Charles Magnette - les amitiés franco-belges (n° 560 du GOdF) fut fondée à Paris après la guerre. Elle organisa une cérémonie funèbre à la suite du décès de Magnette.

C'est le Frère Albert Devèze, célèbre homme politique libéral, qui prononça à cette occasion un éloge funèbre, qui fut imprimé à Bruxelles par les Amis Philanthropes.

Un peu de musique pour terminer ? Sur l'air de la Marseillaise, le très martial (l'heure n'était pas à la conciliation !) hymne de la Loge Nous Maintiendrons :

En francs-maçons de cœur et d'âme 
Jusques au bout nous maintiendrons. 
Devant l'Orient nous le jurâmes 
Et nos serments nous les tenons (bis) 
Des anciens Gueux, la noble trace 
Sans défaillance nous suivons : 
Fidèles jusqu'à la besace 
A la Patrie nous restons, 

Frères et Compagnons, à nous le bon combat ! 
Vivat l'Honneur, le Droit, vivat, semper vivat ! 

L'exil est dur et long. Qu'importe ! 
S'il nous permet de travailler 
A f… les Boches à la porte, 
A les occire et nous venger. (bis) 
Pour démasquer cette canaille 
Et ses mensonges de bandit, 
A nous la haine ! et la bataille 
Par la parole et par l'écrit ! 

Frères et Compagnons, etc. 

En vain les infernaux reptiles 
A flots nous crachent leurs poisons. 
Un contre cent, un contre mille, 
La Vérité nous maintiendrons ! (bis) 
Nous maintiendrons sous la tempête 
Quoiqu'il arrive - c'est juré ! - 
Jusqu'au grand jour, jusqu'à la fête 
De Force, Sagesse et Beauté ! 

Frères et Compagnons, etc.

Commenter cet article