Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

B comme (1/2)

Publié le par J. P. Bouyer

B comme ... Bonn

B comme ... Beethoven

Ne laissons pas passer (puisqu'elle se termine) cette année du 250e anniversaire de la naissance à Bonn de Ludwig van Beethoven sans l'évoquer.

Il est en effet né le 16 (ou peut-être le 15, ou le 17, seule sa date de baptême, le 17, est certaine) décembre 1770, voilà donc 250 ans (quasi) jour pour jour.

Beethoven fut-il maçon ? J'ai déjà envisagé cette question sur ce blog en 2016, dans cet article intitulé Faux Frères ?

La réponse n'est pas absolument certaine, mais, personnellement, je ne serais pas étonné qu'elle soit négative.

Il est cependant possible d'évoquer des liens entre certaines de ses œuvres et la maçonnerie.

Ce qui est certain en tout cas, c'est que son ami Franz Gerhard WEGELER (1765-1848) était bien maçon : il était en effet membre de la Loge de Bonn Les Frères courageux.

Wegeler a écrit deux textes maçonniques destinés à être chantés sur la musique de lieder de Beethoven. Les évoquer sera l'occasion de nous intéresser à ces lieder, qui me semblent assez peu connus.

Maurerfragen

Der freie Mann (l'homme libre) est un poème de Gottlieb Konrad Pfeffel (1736-1809), qui était probablement maçon (mais ce n'est pas certain).

Voici la traduction de quelques couplets de ce poème :

Qui, qui est un homme libre ?
Celui qui suit sa conscience et pas 
Les caprices d'un tyran ;
Lui est un homme libre !
Un homme libre, libre !

Qui, qui est un homme libre,
Celui chez qui ni la
naissance, ni le titre, ni le vêtement
ne peut cacher le Frère ;
Lui est un homme libre !
Un homme libre, libre !

Qui, qui est un homme libre ?
Celui qui, ne comptant que sur soi, 
Peut résister aux corruptions 
de la part des puissants et des faibles ;
Lui est un homme libre !
Un homme libre, libre !

Qui est un homme libre ?
Celui qui à la fin de sa vie,
A un pas de la tombe,
Peut se retourner hardiment et sans peur ;
Lui est un homme libre !
Un homme libre, libre !

On comprend que ce poème - qui pourrait passer pour un portrait du Florestan de Fidelio - ait interpellé Beethoven - cet homme épris des idéaux des Lumières - au point de lui inspirer cette mise en musique :

C'est sur cet air que Wegeler a écrit ces Maurerfragen (questions maçonniques), où il exprime sa synthèse de la morale et de la philosophie maçonniques.

Sa loge (ci-dessous : d. F. c. pour des Frères courageux : la loge, fondée en 1805 sous l'occupation française, était à ce moment francophone) en a fait imprimer la partition par l'éditeur Nikolaus Simrock qui était un de ses membres :

Le nom de Wegeler est camouflé sous la forme  .·. .·. er.

Vous pouvez voir le texte allemand de ce lied à la p. 26 de ce document ; en voici une traduction :

1.

Quel est le but du Maçon ?
Se comporter toujours noblement,
Aspirer à la perfection,
Libre de tout hasard 
C'est cela le but du Maçon
Le but merveilleux du Maçon !

2.

Que veut l'Ordre maçonnique ?
sauvegarder la valeur de l'humanité
sur la terre entière
par l'exemple et l'éducation
C'est cela que veut l'Ordre maçonnique,
le saint Ordre maçonnique !

3.

A qui le Maçon fait-il la révérence ?
A celui qui guérit les plaies de l'âme,
Qui se hâte à soulager,
Qui s'oublie totalement.
C'est à lui que le Maçon fait la révérence
Et avec plaisir !

4.

Qui n'est pas connu du Maçon ?
Celui qui est esclave de ses passions,
Qui ne reconnaît pas sa voix intérieure
Qui s'avilit au niveau des animaux
Lui le Maçon ne le connaît pas,
Lui le Maçon ne le connaît pas !

5.

Qu'est-ce qui alourdit le cœur du Maçon ?
C'est qu'il ne peut ni préserver ni sécher 
Les larmes de toute espèce.
Tant de peines profondes 
Font mal au cœur du Maçon,
Au cœur compatissant du maçon !

6.

Quand le Maçon a-t-il chaud au cœur ?
Quand, à la façon maçonnique,
Il réduit tranquillement et sans bruit,
La colère et la haine de quelqu'un
Alors il a le chaud au cœur,
Son cœur bat vraiment d'allégresse !

7.

Qui gratifie les actes du Maçon ?
Celui qui dans l'infini commande
L'arrêt ou la marche des mondes, 
Des étoiles et des sphères.
Lui gratifie le comportement du Maçon,
Le noble comportement du Maçon !

Cliquez ci-dessous pour voir la partition.

Les 3 premiers couplets ont été enregistrés sur le CD (maintenant épuisé) Freimaurermusik édité en 2000 par la loge Zur Sonne im rechten Winkel de Mannheim. Cliquez ci-dessous pour entendre le premier, chanté par le ténor Stephan Ehmann.

On remarque que cette partition éditée par la loge comprend également un texte français, qui n'est pas une simple traduction du texte allemand mais bien une nouvelle élaboration (parfaitement rimée) en vers français :

1.

Quel, quel but a le Maçon ?
Agir avec noblesse
Et s'élever sans cesse
Vers la perfection,
C'est le but du Maçon,
Le seul but du Maçon ! 

2.

Que, que veut le Franc-maçon ?
Des vertus dans son temple,
Il veut donner l'exemple,
Plutôt que la leçon
C'est le voeu du Maçon,
Le seul voeu du Maçon !

3.

Qui plaît aux Franc-maçons ?
L'homme bon, charitable,
Dont la main secourable
Répand partout ses dons ;
C'est l'ami du maçon.

4.

Qui déplait au maçon ?
L'homme aux vices en but[t]e
Plus semblable à la brute
Qu'à l'être de raison ;
C'est l'horreur du maçon.

5.

Quand gémit le maçon ?
Quand l'homme est dans la gêne,
S'il ne peut de sa peine
Adoucir le poison ;
Le coeur saigne au maçon. 

6.

Quand jouit le maçon ?
Quand il porte en silence
Aux maux, à l'indigence,
Secours et guérison ;
Le coeur bat au maçon. 

7.

Qu'attendent les maçons ?
Un regard favorable
De l'auteur admirable
Des mondes des saisons ;
C'est l'espoir des maçons.

On notera une différence importante entre les versions allemande et française : la prétention à l'amélioration de la société par l'action de l'Ordre maçonnique, clairement exprimée au 2e couplet de la version allemande (sauvegarder la valeur de l'humanité sur la terre entière par l'exemple et l'éducation), est totalement absente de la version française, centrée sur le seul perfectionnement personnel.

On trouve également cette partition ici en 1814 (mais uniquement avec le texte allemand).

Dans l'article suivant, je présenterai un autre texte écrit par Wegeler sur une partition de Beethoven.

Commenter cet article