Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Noël 2019

Publié le

Des chants maçonniques pour Noël ?

Aux XVIIe et XVIIIe siècles,les chants de Noël étaient très populaires et connus de tous, à tel point qu'ils ont souvent servi de base aux compositions de grands organistes tels Dandrieu, Lebègue, Charpentier, Corrette, Daquin, Balbastre, Grigny, Delalande, ...

Il ne faut donc pas s'étonner que le chansonnier maçonnique du XVIIIe, se basant essentiellement sur des airs qui sont dans toutes les oreilles, puise largement dans ce répertoire, souvent d'ailleurs sous forme de pots-pourris qui en enchaînent plusieurs successivement.

On rencontre beaucoup d'airs de Noëls utilisés par exemple par la Lire maçonne et par le chansonnier de Sainte-Geneviève.

On en trouvera ici un inventaire.

On peut par exemple y relever cette Apologie gaillarde pour les francs-maçons, qui est une vigoureuse protestation contre une de ces multiples condamnations de la maçonnerie par des autorités civiles, qui ont émaillé le XVIIIe siècle ; il s'agit vraisemblablement ici de l’affaire d’Aix-la-Chapelle qui fit grand bruit en 1779 et qui est relatée ainsi par Clavel :

... le magistrat d'Aix-la-Chapelle, s'étayant des excommunications fulminées contre les francs-maçons, interdit leurs assemblées dans cette ville, et prononça des peines sévères contre les délinquants. Son ordonnance stimula le zèle du dominicain Louis Greinemann et du capucin Schuff. Ils prêchèrent avec véhémence contre les frères et les signalèrent comme des impies, des infâmes et des conspirateurs, qui conjuraient la ruine de la religion et de l'Etat. Fanatisée par ces discours, la multitude se répandit dans les rues, proférant d'effroyables menaces contre les membres de la société. Plusieurs maçons, que le hasard conduisit sur son passage, furent traqués par elle, et ne durent leur salut qu'au courage et au dévouement de quelques citoyens. Il n'y eut ensuite que la résolution manifestée par les habitants des villes voisines de retirer aux moines la faculté de quêter dans leurs murs qui put enfin arrêter le cours de ces odieuses prédications.

Ce Greinemann expliquait en effet dans ses sermons que :

- les Juifs qui avaient crucifié Jésus étaient francs-maçons

- Pilate et Hérode étaient les Surveillants d'une Loge maçonnique

- les 30 deniers de Judas constituaient la redevance de son initiation

(ceci est le premier couplet ; voir ici le texte complet, qui en comprend 10)

L'air de cette Apologie est un Noël très célèbre, Tous les Bourgeois de Châtres (ou Chartres).

Il a notamment été utilisé par Corrette :

par Balbastre :

et par Marc Antoine Charpentier :

Une autre perle est ce dialogue entre un Franc-Maçon et un de ses amis qui veut se faire recevoir (à l'époque, on disait recevoir plutôt qu'initier), composé de 6 couplets (2 par le profane, 4 par le maçon), chacun sur un Noël différent, et dont le dernier est un résumé de la morale maçonnique de l'époque.

En voici le texte, suivi de la première page d'une des éditions :

 Le Profane
A mes vœux daigne enfin te rendre,
Cher Franc-Maçon,
De ton Art je viens ici prendre,
Quelque leçon :
Peins-moi de la Maçonnerie,
Tous les appas ;
Je voudrais, dans la Confrérie,
Suivre tes pas.

Le Maçon
Si tu veux être Maçon,
Tout de bon,
Ami, la chose est facile :
Tu peux entrer dès ce jour,
A ton tour,
Dans notre charmant asile.

Le Maçon
Une aimable tendresse
Brûle nos cœurs ;
Mais l’austère Sagesse
Règle nos mœurs.
Toujours unis,
Notre flamme est sincère,
Et nous peuplons la terre
De bons & vrais Amis.

 Le Profane
Apprends-moi donc ce qu'il faut faire.
Pour dans cet Ordre être reçu,
Et de l'illustre nom de Frère
Pour pouvoir être revêtu

Le Maçon
Il faut que la justice
Règne en toutes nos actions,
En bannir le caprice,
Vaincre ses passions.
Être prudent,
Doux, complaisant,
Toujours affable & bienfaisant,
Charitable envers l'indigent.
Observer le silence,
Ne point divulguer nos secrets,
Et de la médisance
Prévenir les regrets.

Le Maçon
Fidèle à Dieu, bon Citoyen,
Généreux suivant son moyen,
Zélé, vertueux et discret,
Ami, voilà notre portrait.

Joyeux Noël à vous !

Commenter cet article