Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bon solstice !

Publié le par J. P. Bouyer

Les rigueurs de l'hiver flétrissent nos contrées,
La neige et les frimas ont remplacé les fleurs. 
La nature est en deuil ; nos âmes contristées 
Du céleste courroux ressentent les terreurs.

En cette année 2018, le moment précis du solstice d'hiver est le 21 à 23 heures 22 minutes et 44 secondes : c'est donc l'instant auquel (en comptant sur la précision d'overblog) j'ai programmé la publication de cet article.

Le solstice d'hiver, ce n'est pas seulement le moment où la lumière cesse de décroître pour commencer à croître, c'est aussi le moment où, dans nos contrées, on entre dans la période la plus froide de l'année. Dans ma région par exemple, comme on peut le voir ici, c'est de fin décembre à début mars que la température minimale moyenne est négative - ou l'était, avant que le réchauffement climatique ne vienne nous perturber tout cela en raréfiant les Noëls blancs.

C'est ce que manifeste - avec en prime une bonne dose de religiosité - ce cantique chanté lors du solstice d'hiver 1827 à la loge strasbourgeoise des Coeurs Fidèles, loge qui fut active de 1820 à 1841 :

Le texte porte la signature F.-M. : il doit s'agir de Philippe Jacques Fargès-Méricourt (1776-1843), qui fut avocat, écrivain et longtemps Vénérable de la Loge, et qui est l'auteur du texte de deux hymnes composées en 1826 pour l'inauguration du Temple de la Loge.

Ce document figure au très riche Fonds Gerschel des Archives de Strasbourg, dont les responsables ont eu l'obligeance de me faciliter la consultation lors de mon passage en juin 2015.

Je vous souhaite un heureux solstice, en partageant l'espoir exprimé par le solo du cantique :

Ah ! Que l'espoir renaisse dans vos âmes,
Les fleurs encore embelliront vos champs ;
De l'orient bientôt les vives flammes
Annonceront le doux printemps !
L'étoile du matin ramène l'espérance :
Elle prédit le triomphe du jour !

Et je vous souhaite surtout de vivre un beau Rituel de solstice, simple et inventif, dont il ne faille pas dire, comme Delorme dans sa cruelle satire Les faux-maçons :

Commenter cet article