Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Appel à la philanthropie

Publié le par Jean-Pierre Bouyer

Particulièrement nombreuses ont toujours été les chansons maçonniques exaltant la philanthropie.

En voici quelques exemples.

Au XVIIIe siècle déjà, le Frère Quillau chantait, à Paris, à la Loge du Zèle :

Et, comme le chantait à Vannes en 1812 le Frère Jouanjan, Vénérable de la Loge malouine La Triple Essence :

Ou encore, comme le chantait en 1821 Legret dans son Chansonnier des bonnes gens :

Qui ne connaît le Chant du Départ (La victoire en chantant nous ouvre la barrière ...) de Chénier et du Frère Méhul en 1794 ?

Si la philanthropie est l'amour de l'Humanité, la philadelphie est l'amour de ses frères (plus d'une loge a d'ailleurs porté ce nom, ou le porte encore).

D'où le nom d'une ville de Pennsylvanie, que lui donna son fondateur, William Penn, qui voulait en faire un îlot d'amitié fraternelle et de tolérance religieuse.

Cet air avait franchi l'Atlantique, puisque c'est précisément à Philadelphie que  nous le retrouvons utilisé par une loge d'exilés français, avec un texte qui sera publié à Paris en 1804, et dont voici le refrain (calqué sur le texte original La République nous appelle / Sachons vaincre ou sachons périr / Un Français doit vivre pour elle / Pour elle un Français doit mourir) :

La Bienfaisance nous appelle,
Écoutons ses sages leçons ;
Il n'est point de bonheur sans elle,
Sans elle, il n'est point de Maçons.

Des actes plutôt que des discours :

Soyez généreux !

Il arrive aussi que la chanson maçonnique, plutôt que de louer la philanthropie en termes généraux,  débouche sur un véritable appel à la générosité, en sollicitant directement les maçons pour que, au moment du passage parmi eux du Tronc de la Veuve, ils appliquent, en se montrant bienveillants, les principes dont ils se réclament.

C'est le cas avec cette chanson d'Edouard Bruguière, célèbre compositeur de romances, qui, sans doute dans les années 1840, publia un recueil de chansons maçonniques, dont il avait fait les partitions et qui fut mis en vente pour participer au financement de la crèche fondée par sa loge castraise de l'Harmonie Universelle.

C'est, à l'occasion d'une fête solsticiale d'hiver, une évocation, particulièrement insistante et dramatisée, de la nécessité de la générosité pour que le principe de la philanthropie puisse être mis en œuvre :

Fraternité, c'est aujourd'hui ta fête
Autour de moi je ne vois que bonheur
Mais au dehors triste et courbant la tête
Un frère hélas peut-être dit malheur
Si vous voulez que votre joie soit pure
Amis pensez au pauvre à l'indigent.

Refrain (repris en choeur)

Donnez ! Donnez ! car sa misère est dure
Ah ! comme nous qu'il fête la St Jean.

 2

Voici l'hiver ! Pensez à la souffrance
Du malheureux qui n'aura point de pain :
Vous êtes tous au sein de l'abondance ;
Pensez à ceux que conseille la faim !
Si vous voulez que son âme s'épure,
Adoucissez le sort de l'indigent :

Donnez ! Donnez ! car sa misère est dure
Ah ! comme nous qu'il fête la St Jean.

3

Sur l'oreiller qui repose vos têtes
Vous gouteriez un bien triste sommeil
Si vous saviez en quittant cette fête
Que la faim tient un frère dans l'éveil.
Le supposer serait vous faire injure
Vous penserez au pauvre à l'indigent.

Vous donnerez ! car leur misère est dure
Ah ! comme nous qu'ils fêtent la St Jean.

4

Vous donnerez ! De la Maçonnerie
La loi d'amour ainsi rayonnera.
Par l'indigent elle sera bénie,
Et notre temple, amis, s'embellira.
Du malheureux, si nous séchons les larmes,
Ah ! quel doux fruit nous porte un peu d'argent :

Fraternité ! Bienfaits ! voilà des armes
Qui gagneront l'Univers à St Jean.

Le ton est semblable dans ce Cantique pour une Fête de Baptême (sans doute des années 1860), destiné à être chanté pendant la quête d'une cérémonie de Baptême maçonnique (terme employé à l'époque pour ce qu'aujourd'hui on appelle la cérémonie, dite d'Adoption, destinée à des enfants de maçons).

On s'y adresse successivement aux maçons, à leurs épouses (qui à ce titre sont appelées sœurs, sans être évidemment maçonnes), aux parrains et marraines (i. e. sans doute les épouses des parrains), aux enfants déjà adoptés antérieurement (les Lowtons) et aux enfants nouvellement adoptés, pour terminer par un remerciement général :

Une version récente

J'ai eu le plaisir, début décembre, de me trouver, avec plus de 200 Sœurs et Frères, à la deuxième Loge de Table en chansons organisée par la Loge bruxelloise (du Grand Orient de Belgique) le Juste Milieu, une manifestation de haute qualité tant maçonnique que musicale, organisée au profit des œuvres de la Loge, et où furent notamment interprétées quelques œuvres que les organisateurs avaient découvertes grâce à notre Musée virtuel.

J'ai particulièrement apprécié l'élégance avec laquelle, sur un texte de Jean C. (qui pour certains aura sans doute évoqué un air connu), la générosité des participants fut sollicitée :

LA P’TITE MONNAIE

Laissez glisser un peu d’monnaie
Si vous l’pouvez un p’tit billet
Dans l’tronc qu’on va vous présenter
Pour nous aider
A consoler quelques lascars
Qui s’réunissent devant les gares
Z’ont ni papiers ni domicile
Ils dorment en ville

Laissez glisser un peu d’monnaie
Un peu d’pognon un p’tit bifton
Z’ont pas d’draps d’lit leur édredon
C’est du béton
Pour réchauffer tous nos amis
Faut à manger faut des abris
Faut qu’ils puissent remplacer l’trottoir
Par un plumard

Il y a des gars il y a des filles
Qui consacrent une partie d’leur vie
A faire chauffer un grand soleil
En plein hiver
Soleil d’hiver c’est leur programme
Apportons-leur un bout de flamme
Joignons notre fraternité
A leur brasier

Laissez glisser la p’tite monnaie
Un peu d’grisbi, un peu de blé
Ça fait du bien, c’est du bon pain
A partager
Laissez parler votre bon coeur
C’est qu’du plaisir que du bonheur
Que tous on voudrait rassembler
Pour le donner  

On sait qu’il faudra r’commencer
Régulièrement pour arriver
A faire renaître la confiance
Et les consciences
C’est pas gagné c’est pas donné
C’est pas facile de progresser
Mais quand on est tous solidaires
On peut tout faire

Commenter cet article

NICETTE Michel 18/12/2018 11:54

Un grand merci pour ces moments d'excellence et d'écoute, le chant du départ et la petite monnaie...c'est tout simplement sublime...Auriez vous un enregistrement de la petite monnaie?

18/12/2018 12:32

Hélas, non, pas d'enregistrement !