Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la Vallée de France

Publié le par J. P. Bouyer

Les maçons ubayens au Mexique

Ce mercredi, la toujours plaisante émission de France 3, Des Racines et des Ailes, évoquait, dans un numéro inédit (les Alpes côté Sud), l'épopée de ces milliers d'habitants de Barcelonnette et autres communes de la vallée d'Ubaye, qui au XIXe émigrèrent au Mexique pour y jouer un rôle prépondérant dans l'industrie et le commerce textiles et dans la banque.

Certains revinrent au pays, fortune faite, et y construisirent une série de somptueuses villas mexicaines, comme ce Château des Magnans qu'on a visité avec l'émission.

Pas sans ma Loge !

Mais combien savent que certains de ces émigrés participèrent à la fondation d'une Loge au Mexique ?

Le site Corpus numismatique des Alpes de Haute-Provence publie en effet l'image de cette médaille de la Loge la Vallée de France à l'Orient de Mexico, portant la date de 5644 - qui, dans le système de datation hébraïque (impliquant un décalage de 3760 ans au lieu des 4000 habituels), correspond à 1884 - et le n° 14 dans son Obédience (ce qui nous a fait penser - sans avoir l'occasion de le vérifier - à la GLSE).

Il est bien évident que cette Loge - dont la médaille évoque les sommets alpins ? - fut constituée par des émigrés français, parmi lesquels sans doute des ubayens, puisque ceux-ci constituaient le plus gros de ce contingent.

Qui étaient-ls ? Voilà un sujet de recherche intéressant pour qui voudrait s'y intéresser. Y avait-il des maçons parmi ces émigrants ubayens ?

Selon Wikipedia

Barcelonnette est un des rares bourgs de Haute-Provence à accueillir une loge maçonnique avant la Révolution : la loge "Saint Jean d’Écosse de la Fidélité", loge fille de "Saint Jean d’Écosse mère loge écossaise de Marseille".

Mais il faut attendre la fin du Second Empire pour retrouver une activité maçonnique dans la région avec la création, à moins de 100 kilomètres de Barcelonnette, des Frères Réunis à Digne en 1868 et du Réveil du Parfait Silence à Sisteron en 1870.

Qu'est devenue cette Loge ? Il existe à Pasadena (Californie) une Loge Vallee de France n° 329 qui travaille en français.

Selon cette page, elle aurait antérieurement relevé de la Grande Loge Symbolique Ecossaise (GLSE), avant de recevoir (en 1897) une charte de la  Grande Loge de Californie, avec une dispense spéciale pour continuer à travailler en français et pour garder son rituel d'initiation (mais elle a été obligée d'adopter le Rite d'York pour les 2e et 3e degrés). Celui-ci (qui est REAA) est considéré aux Etats-Unis comme une curiosité, qui attire semble-t-il beaucoup de visiteurs.

Il est donc manifeste qu'il y a une continuité entre les deux ... même s'il y a eu à la fin du XIXe siècle - pour quelle raison ? - un déplacement ... de 3000 kilomètres !

Il semble qu'il y ait eu également, vers 1873, une Loge La Vallée de France au Pérou.

Ah oui ! Je sais ce que vous allez dire : sur ce blog, en principe, le sujet, c'est la musique.

D'accord. Mais quand je tombe sur un point d'histoire maçonnique qui me semble intéressant (ou pittoresque), pourquoi ne pas le partager ?

Mais bon : puisque nous nous sommes dirigés vers le Mexique, voyons un peu si l'on peut y trouver de la musique maçonnique.

Eh bien, oui. Je vous ai trouvé cet Himno del Aprendiz (hymne de l'Apprenti), oeuvre (texte et musique) de Mario Quiroz Alcántara, qui l'a créé en 2011 pour l'anniversaire de la Loge Miguel Hidalgo y Costilla Gallaga, de Morelia, Michoacán, México, appartenant sous le n° 47 à la Grande Loge Michoacana Lázaro Cárdenas qui est celle de l'Etat mexicain de Michoacán de Ocampo.

La partition complète avec accompagnement orchestral (6 pages) en est disponible.   

Et voici la traduction du texte :

Hymne de l'Apprenti

(Introduction)

Un habile artisan,
polit avec ardeur
le Soleil, Neptune et Uranus.

Chœur (refrain)

Avec des coups de marteau,
par ordre du mystère,
il génère sa clameur
sur des colonnes d'honneur.

Couplet 1

Trois lumières le conduisent
au Temple qui est Forteresse,
(son ciment ce sont les Vertus),
les vices ne peuvent séduire
cet homme, tant est grande sa valeur !

Chœur (refrain)

Avec des coups de marteau,
par ordre du mystère,
il génère sa clameur
sur des colonnes d'honneur.

Couplet 2

Son Équerre se lève
et mille gorges chantent :
« … Il porte un Compas dans son cœur,
c'est un homme de valeur,
de Règle et de Fil à plomb ! ... »

Chœur (refrain)

Avec des coups de marteau,
par ordre du mystère,
il génère sa clameur
sur des colonnes d'honneur.

Couplet 3

Ses lumières ont changé,
elles sont cinq, et puis sept,
« Libertas » sans chaînes,
« Equalitas » sacrée,
« Fraternitas » sur l'Autel

Coda

Un habile artisan,
polit avec ardeur
le Soleil, Neptune et Uranus.

Himno del Aprendiz

Commenter cet article